Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfsseite Rückkehr. Flag (H)jælp side Tilbage. Bandiera Guida Torno.

@

Page

Réfer. : 2053 .
Auteur : Sadoul, Jacques.
Titre : Le trésor des Alchimistes.
S/titre : .

Editeur : Editions J'ai lu. Paris.
Date éd. : 1970 .
@

**** A T T E N T I O N ****

Ce document étant sujet à droits d'auteur, n'est composé que du début, et des tables éven-
tuelles. Reportez-vous aux références ci-dessus
pour vous le procurer.

**** A T T E N T I O N ****




Le trésor des alchimistes
Editions J'ai Lu
@


JACQUES SADOUL OEUVRES
LA PASSION SELON SATAN L'ENFER DES BULLES LE TRESOR DES ALCHIMISTES J'ai Lu L'ENIGME DU ZODIAQUE



En vente dans les meilleures librairies

@





Jacques SADOUL
Le trésor des alchimistes
Edition revue par l'auteur
@







(C) Editions J'ai Lu et Editions Publications Premières, 1970
@

AVANT-PROPOS

« Même pour un apothicaire, la vie n'est pas facile dans le nouveau monde », songeait Mr Starkey
qui avait émigré d'Angleterre en Amérique,
au début du XVIIe siècle.
Il ôta la pancarte chambre à louer qu'il avait accrochée à la devanture de son officine. Son nouveau
locataire, un certain John Smith -- un nom
d'emprunt assurément -- était un homme sans
âge, de taille moyenne, au visage banal, mais assurément
instruit. Allons, il n'aurait pas d'ennuis
avec celui-là, comme avec l'ivrogne qui, l'hiver
précédent, avait importuné la fille du voisin.
Mr Smith fut en effet un pensionnaire modèle et Starkey avait presque oublié son existence, lorsqu'un
soir son locataire demanda la permission
d'utiliser le petit laboratoire de la pharmacie. Il
désirait essayer un nouveau colorant, expliquat-il.
Mr Starkey y consentit volontiers mais, trouvant
la demande bizarre, suggéra à son fils, George,
de jeter un coup d'oeil sur l'opération par une
fente d'un volet.
Le jeune homme prit donc position et vit Mr Smith pénétrer dans le laboratoire, porteur d'un
sac de dimensions réduites mais visiblement fort
lourd. Il en retira des morceaux d'un métal gris et

5
@

terne, probablement du plomb, qu'il plaça dans un
creuset sous lequel il alluma un feu violent. Lorsque
le métal eut atteint son point de fusion,
l'homme prit dans sa poche une petite boîte qui
contenait une sorte de poudre rougeâtre. George
le vit alors enrober un grain de cette poudre dans
un peu de cire et jeter la boulette ainsi obtenue
dans le métal en fusion, puis il alla tranquillement
s'asseoir. George dut attendre un bon quart
d'heure avant de voir Mr Smith verser le métal
fumant dans une lingotière. Le jeune homme écarquilla
alors les yeux de stupéfaction, le métal coulé
était jaune, avec des reflets verts, en un mot il
avait acquis la couleur de l'or fondu.
C'est alors que l'alchimiste -- puisqu'il faut bien l'appeler ainsi -- se tourna vers le volet par où
l'observait George Starkey et dit:
-- Entrez donc, jeune homme, puisque mes opérations vous intéressent.
L'étrange personnage ne s'offensa pas d'avoir été espionné et fit cadeau à ses hôtes d'une partie
du produit de sa transmutation, par contre il refusa
catégoriquement de les initier à son art, disant à
George, qui se faisait plus pressant que son père:
-- Mon ami, si Dieu vous a élu pour cet Art, il vous accordera en temps utile sa science, mais si,
dans sa Sagesse, il vous juge impropre à l'exercer,
ou s'il voit que vous en mésusez, bien fou
serait l'homme qui armerait le bras d'un ignorant
capable de porter préjudice à ses semblables.
Dans la relation qu'il laissa de l'événement, Starkey précisa: « J'avoue que cette leçon de la
divinité ne me fit pas plaisir. » L'alchimiste, voyant
son dépit, ajouta:
-- Sachez que nous sommes strictement tenus
6

@

par des voeux sévères de ne jamais procurer la
connaissance de notre Art à quiconque apporterait
la confusion dans le monde, s'il en disposait, et
de tous les maux qui en résulteraient, l'Adepte qui
en aurait indirectement été l'instigateur devrait
répondre devant Dieu.
-- Je comprends, monsieur, répondit le père Starkey, mais au moins nous laisserez-vous savoir
votre nom?
-- On me nomme Eyrénée Philalèthe, Anglais de naissance, habitant de l'univers (1).

(1) Cette relation a pour origine l'ouvrage de Eirenaeus Philoponos Philalethes, The Marrow of Alchemy (la moelle
d'Alchimie), publié en Angleterre en 1655 et actuellement
conservé au British Museum. George Starkey en écrivit la préface
sous le pseudonyme de Egregius Christo.

@



pict

@





LIVRE I
L'ART HERMETIQUE
@



pict

@

1


PREMIER CONTACT AVEC L'ALCHIMIE

Au cours du rude hiver 1956 je fus pris dans une tempête de neige qui m'obligea à me réfugier
dans une librairie de la rue Saint-Jacques. Il s'agissait
d'une de ces boutiques consacrées aux ouvrages
occultes traitant de magie, astrologie, divination
ou alchimie.
C'est finalement sur ce dernier rayon qu'un livre retint mon attention, d'abord par l'aspect moyenâgeux
du dessin de couverture, ensuite par son
titre étrange, Les Douze Clefs de la Philosophie.
Je me décidai à faire l'emplette du volume afin
de ne pas être rejeté dans la tourmente par le
libraire qui me semblait redoutable.
Force m'est de reconnaître que ce premier contact avec l'alchimie fut décevant. La préface de
M. Eugène Canseliet me parut d'une érudition
dépassant largement les possibilités du néophyte
que j'étais; quant au texte de l'auteur, le frère
Basile Valentin, de l'Ordre de Saint Benoît, il ne
répondait guère à son exorde qui disait: « Dans
ma préface, O très grand ami passionné d'art, je
t'ai donné l'espoir de t'apprendre, par l'étude, et
aux autres brûlant du même feu, les propriétés
de la nature et, plus profondément, aux chercheurs,
les arts, la pierre angulaire et le rocher, autant

11
@

qu'il me fut accordé d'en haut. Je vais t'indiquer
de quoi nos anciens Maîtres confectionnèrent leur
Pierre, qu'ils avaient reçue du Très-Haut, dans le
but de l'utiliser pour leur santé et la commodité
de cette vie terrestre. »
Voilà qui était prometteur, mais le texte qui s'ensuivait était d'une obscurité telle que je n'y
compris rien! Quant aux dessins des « douze
clefs le, qui -- du point de vue artistique -- étaient
d'ailleurs fort beaux, ils m'en apprirent encore
moins que les écrits du Maître. On y voyait quelques
personnages richement vêtus, des animaux
plus ou moins fabuleux et, parfois, des instruments
qui semblaient plus directement en rapport avec
l'alchimie, tels que creusets ou cornues. Des explications
de M. Canseliet venaient certes préciser
cette symbolique abstraite, mais elles me parurent
surtout destinées à des lecteurs déjà initiés. Par
exemple, il commençait ainsi son commentaire de
la première figure: « Le Roi et la Reine de l'oeuvre,
c'est-à-dire l'or et l'argent philosophiques, spagiriquement
désignés par le loup et le gros bouton
de retour sur la coupelle. Celle-ci et le creuset,
au milieu des flammes, indiquent nettement la
voie sèche dans laquelle joue un très grand rôle
le feu secret. »
J'avoue que de telles explications, loin de dissiper mon embarras, ne firent que l'augmenter.
Néanmoins, les étrangetés de Basile Valentin se
mirent peu à peu à exercer sur moi une véritable
fascination. Le désir de pénétrer plus avant dans
ce monde occulte me saisit, et je retournai à la
boutique de la rue Saint-Jacques. J'y demandai
des ouvrages accessibles aux débutants ou des études
de vulgarisation; le libraire me répondit, non

12

@

sans une certaine condescendance, que les deux
derniers livres de la sorte étaient parus respectivement
en 1860 et 1891, et qu'ils étaient pratiquement
épuisés depuis lors. Il ajouta qu'à l'heure
actuelle on ne pouvait trouver que deux sortes
d'ouvrages, les uns étant des rééditions de traités
alchimiques des siècles passés, les autres des études
modernes analysant les causes psychologiques,
voire psychanalytiques, du « phénomène " alchimique,
ces derniers livres étant toujours dus à
des auteurs alliant, dit-il, l'incompétence à la
fatuité. Devant mon air marri, il finit par aller
chercher sur un rayon un livre qu'il me tendit.
-- Tenez, me dit-il, prenez ceci. L'auteur, Claude d'Ygé, est un confrère qui est un spécialiste en
art hermétique, c'est-à-dire en alchimie, ajoutat-il
voyant mon air surpris.
L'ouvrage s'appelait Nouvelle assemblée des Philosophes Chymiques et était paru en 1954, soit
deux ans auparavant. Je me permis une question:
-- Pourquoi ce titre étrange? -- On appelle les alchimistes des philosophes hermétiques ou chymiques, avec un y; c'est une
dénomination traditionnelle. Quant au titre « nouvelle
assemblée », il a sans doute été donné à
l'imitation d'un vieil ouvrage, Turba philosophorum,
qui doit se traduire par « l'assemblée des
philosophes » et non « la Tourbe des philosophes »,
comme on le fait parfois.
Sentant que je perdais pied, je me hâtai de payer le livre et en commençai aussitôt l'étude. Ce n'était
pas un ouvrage pour débutant, mais l'auteur avait
su le rendre suffisamment clair pour qu'il soit
accessible aux lecteurs attentifs. Il fut le sésame

13
**** A T T E N T I O N ****

Fin du texte de ce document, ce document étant sujet à droits d'auteur.
**** A T T E N T I O N ****



TABLE DES MATIERES
AVANT-PROPOS. . . . . . . . . . . . . . . . 5
LIVRE I:
1. Premier contact avec l'alchimie . . . 11
2. Hermès et l'histoire de l'alchimie. . 26
3. Les principes de l'alchimie . . . . . 33
4. La conduite de l'Oeuvre . . . . . . . 44
5. L'alchimie et la science moderne. . . 57
LIVRE II:
1. Trois diplômés de l'université de Mont-
pellier au XIIIe siècle . . . . . . . 71
2. Maître Nicolas Flamel, écrivain public 92
3. Le moine d'Erfurt et le Bon Trévisan. 109
4. Le médecin et le gentilhomme. . . . . 125
5. Le roman d'un souffleur . . . . . . . 140
6. Le Cosmopolite. . . . . . . . . . . . 154
7. Transmutations effectuées par des
savants . . . . . . . . . . . . . . . 178
8. Le Véritable Philalèthe . . . . . . . 197
9. L'apostolat de Lascaris . . . . . . . 212
@

10. Histoire de Sehfeld. . . . . . . . . 240
11. Le comte de Saint-Germain. . . . . . 253
12. Les Adeptes du XXe siècle. . . . . . 264
LIVRE III:
1. Envieux ou charitable?. . . . . . . . 287
2. Le sujet des Sages. . . . . . . . . . 301
3. Le magistère. . . . . . . . . . . . . 317
Conclusion: l'Art Royal . . . . . . . 350
ANNEXE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . 364
BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . 375


Les illustrations de ce texte sont des photos: Roger VIOLLET.
@

L'AVENTURE MYSTERIEUSE
BARBARIN Georges LARGUIER Léo
A. 216* Le secret de la Grande A. 220* Le faiseur d'or, Nicolas
Pyramide Flamel
A. 229* L'énigme du Grand LE POER TRENCH Brinsley
Sphinx A. 252* Le peuple du ciel
BARBAULT Armond LESLIE et ADAMSKI
A. 242* L'or du millième matin A. 260** Les soucoupes volantes
ont atterri
BERGIER Jacques
A. 250* Les extra-terrestres MILLARD Joseph
dans l'Histoire A. 232** L'homme du mystère,
A. 271* Les livres maudits Edgar Cayce
BERNSTEIN Morey OSSENDOWSKI Ferdinand
A. 212** A la recherche de Bri- A. 202** Bêtes, hommes et
dey Murphy dieux
CHARROUX Robert RAMPA T. Lobsang
A. 190** Trésors du monde A. 11** Le troisième oeil
A. 210** Histoire de Rampa
CHEVALLEY Abel A. 226** La caverne des An-
A. 200* La bête du Gévaudan ciens
A. 256** Les secrets de l'aura
CHURCHWARD James
A. 223** Mu, le continent perdu SADOUL Jacques
A. 241** L'univers secret de Mu A. 258** Le trésor des alchi-
mistes
DEMAIX Georges J.
A. 262** Les esclaves du diable SAURAT Denis
A. 187* L'Atlantide et le règne
FLAMMARION Camille des géants
A. 247** Les maisons hantées A. 206* La religion des géants
SEABROOK William
GERSON Werner A. 264** L'île magique
A, 267** Le nazisme, société se- SEDE Gérard de
crète A. 185** Les Templiers sont par-
mi nous$
HUTIN Serge A. 196* Le trésor maudit de
A. 238* Hommes et civilisa- Rennes-le-Château
tions fantastiques
A. 269** Gouvernants invisibles
et sociétés secrètes
@

SENDY Jean TOCQUET Robert
A 208* La lune, clé de la Bible A. 273** Les pouvoirs secrets de
A 245** Les cahiers de cours de l'homme
Moïse A. 275** Les mystères du surna-
turel (déc. 1971)
TARADE Guy
A. 214** Soucoupes volantes et VILLENEUVE Roland
civilisations d'outre- A. 235* Loups-garous et vam-
espace pires


EDITIONS J'AI LU 31, rue de Tournon, Paris-VIe
Exclusivité de vente en librairie. FLAMMARION
-------------------------------------------------
IMPRIME EN FRANCE PAR BRODARD ET TAUPIN 6, place d'Alleray - Paris. Usine de La Flèche le 15-11-1971 6390-5 - Dépôt légal 4e trimestre 1971.
@

Voici le premier livre complet et parfaitement
clair qui ait été écrit sur l'alchimie.
A travers une extraordinaire enquête dans
le passé, Jacques Sadoul nous fait revivre
les vies tumultueuses -- et les découvertes
-- d'Albert le Grand, Nicolas Flamel,
Paracelse, le Cosmopolite, Fulcanelli et
tant d'autres.
Il démontre, en citant des preuves historiques
indiscutables, que la transmutation
d'un métal quelconque en or a été réellement
effectué par ces alchimistes devant
des témoins irrécusables. Deux savants
illustres, Van Helmont et Helvétius, y ont
personnellement procédé en se servant de
parcelles de Pierre philosophale qui leur
avaient été remises par un Adepte.
Enfin l'auteur révèle, pour la première fois,
le but ultime du Grand Oeuvre et les
techniques employées pour y parvenir. En
particulier, il dévoile l'identité réelle des
substances qui entrent dans la réalisation
de la Pierre: la Matière Première, le Feu
Secret et le Mercure Philosophique.

Emblème XXI: De secretis natura extrait de Atalante fugitive de Michel Maier.
@
@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfsseite Rückkehr. Flag (H)jælp side Tilbage. Bandiera Guida Torno.